L’espoir malgré quelques déceptions

[Texte paru dans le journal francophone libanais, “L’Orient-Le Jour”, le Vendredi 23 MARS 2017 EN PAGE 5.]

Avez-vous entendu parler l’ancien ministre Rony (Raymond) Arayji de son expérience au ministère de la Culture au Liban ? Rony Arayji fut ministre de la Culture au Liban entre 2014 et 2017. Il est originaire de Zghorta et proche conseiller du candidat à la présidence de la République libanaise Sleiman A. Frangié, actuel député, ancien ministre et chef du courant politique Marada. Zghorta, ville du nord du pays et chef-lieu ou caza, était réputée pour avoir la plus importante concentration d’hommes qui tirent plus vite que leur ombre. Rony et d’autres ministres originaires de Zghorta ont changé la donne. Une bonne nouvelle pour les personnes originaires du Nord, comme moi !
Nous connaissons tous l’anecdote de l’étudiant zghortiote qui a échangé son « colt » contre une montre. Ayant eu vent de cet échange, oh ! combien choquant pour l’ancienne génération, son père lui adresse une réprimande : « Si quelqu’un insulte notre leader bien-aimé, comment lui réponds-tu ? En regardant ta montre ? » Ce que le ministre a fait, aurait été, il y a quelques siècles, aussi répréhensible qu’être désarmé : être ministre de la Culture ! Et d’ailleurs on s’en était presque excusé en le lui annonçant. Signe des temps : c’est un livre, une peinture, un morceau de musique, un film, un documentaire, un musée, un orchestre philharmonique et j’en passe qui ont remplacé le « colt » ! Avec lui, le « colt » appartient désormais bel et bien à un passé lointain. Qui s’en plaindra ?
Pourtant Zghorta, pour celles et ceux qui ne le savent pas, avait inauguré en 1986, en pleine période de guerre, « la maison culturelle » par les soins de l’ancien député le Dr Kaissar Mouawad. Les philosophes, peintres, musiciens, metteurs en scène, scénaristes de films et documentaires, professeurs d’université, auteurs y sont légion depuis toujours. Sans oublier la gastronomie zghortiote réputée pour son kebbé quasi légendaire, la dabké «Hehdeniyeh » et depuis quelques années, les festivals, en été comme en hiver, ainsi que la préservation de la forêt d’Ehden et celle de Miziara.
D’un ministère de la Culture parent-pauvre, Rony Arayji a fait un ministère « souverain », un ministère-exemple, un ministère-phare (une deuxième bonne nouvelle). Et comme sa philosophie du pouvoir se résume au « service » et à la « continuité », il a rendu service à toute une nation et c’est dans la même voie que le nouveau ministre Ghattas Khoury va continuer ce que l’ancien ministre Rony Arayji avait planifié avec son équipe.
Mais où résident donc les déceptions ? À mesure que le ministre Arayji rappelait ses objectifs atteints, la salle était toute fière des résultats que bon nombre d’entre nous connaissaient déjà. La France a d’ailleurs reconnu les exploits culturels de l’ancien ministre Rony Arayji qui a été fait « commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres » par son homologue français «Audrey Azoulay». Au Liban, on est fort dans les « au revoir » à des centaines de milliers de jeunes qui ont quitté le pays las de n’avoir jamais entendu le mot « merci ». Force est de constater que des ministres incompétents sont logés à la même enseigne que les « Rony Arayji ». Sa description des tiraillements opportunistes de la caste politique (Conseil des ministres) est tellement vraie, véritable et vérifiable.
Nos espoirs furent ravivés en écoutant les réalisations d’un ministre de classe, rêveur-averti, d’excellente éducation, bardé de diplômes universitaires, professionnel irréprochable, intelligent, astucieux, inventif, courtois. C’est aussi un vrai républicain, citoyen du monde, humain et humaniste ; c’est un quid du savoir-faire dans la gouvernance transparente et la politique propre à lire et à relire par qui veut suivre la voie des solutions merveilleuses du service à la communauté. Des déceptions ? Certainement ! Mais combien d’espoirs partagés en si peu de temps.
Rony Arayji a souffert 1 036 jours en tant que ministre de la Culture, mais il a su rendre fierté et espoir à tout un peuple !

Dr Michel Paul JAZZAR
Gouverneur du Rotary District 2452, 2018-2019

https://www.lorientlejour.com/article/1042621/lespoir-malgre-quelques-deceptions.html

Advertisements